Nous regroupons sur cette page quelques uns des témoignages qui justifient notre demande de passer au test HPV en dépistage primaire dès maintenant.

➤ Vous souhaitez vous aussi témoigner des failles du dépistages basé sur le frottis ? Contactez-nous en utilisant le formulaire en bas de page. 

Laetitia S

Merci pour le témoignage de Sylvie. Mon cas est le même… Fin février 2018 après un frottis nickel, des douleurs… Je consulte une gynécologue interne qui voyant mon utérus, me propose une biopsie le 3 août. Le 3 septembre, résultats : lésion cancéreuse de plus de 4 cm. Après : IRM, TEP, scanner, le diagnostic final tombe : cancer invasif. De octobre au 21 décembre : rayons, chimio, etc. Avec bien sûr tous les effets indésirables… Tout est grillé. Ménopausée l’année de mes 40 ans… Oui je suis en colère d’apprendre qu’il existe un test de dépistage car nous sommes en avril 2019. Je suis sous surveillance et j’ai peur quand je pense à la vitesse où le HPV se propage. Je pense à moi mais surtout à nos enfants. J’aurai été prête à payer le prix pour acheter ce test. J’aurais gagné du temps, cela m’aurait évité une souffrance physique, psychologique qui a blessé également mon petit garçon. Merci de mettre au grand jour la réalité. Que pour 20€ on peut mourir dans notre société…

Sylvie L

Moi aussi je suis passée par le papillomavirus mais avant que quelque chose soit fait j’ai dû me battre contre ma gynéco ! Elle ne voulait pas refaire un frottis qui était classé “douteux” par le laboratoire, elle m’a fait attendre 1 an pour refaire un nouveau frottis. Et là jackpot ! Donc biopsie qui révèle un CIN 2 ! Biopsie à 18h, 21h sensation bizarre, consultation et là descente d’organes. Ma gynéco n’a jamais voulu admettre qu’il pouvait y avoir une relation entre la biopsie et la descente d’organes ! J’ai dû attendre 1 mois avant d’avoir un rendez-vous avec le chirurgien et 1 mois supplémentaire pour l’opération ! Je ne vis plus comme avant !

Nathalie D

J’ai 32 ans et l’histoire de Sylvie Dejoux est aussi mon histoire. J’aurais pu écrire les mêmes mots. J’ai toujours été suivie, je faisais un frottis par an et ils revenaient toujours clean… Jusqu’au 12 janvier 2018 où on m’a diagnostiqué un cancer du col de l’utérus. Le ciel c’est effondré sur moi…. Je savais depuis un moment que quelque chose ne tournait pas rond mais les docteurs me disaient que ce n’était rien. Donc on fait taire cette petite voix intérieure qui continue de nous dire qu’il y a un souci… Jusqu’au jour où on vous met le mot cancer dessus et plus rien n’a de sens. J’ai eu chimiothérapie rayon + curiethérapie et ablation totale de l’utérus des ovaires et des trompes à 31 ans. J’essaie de me consoler tout les jours en me disant que j’ai de la chance, je suis en vie et j’ai trois merveilleux garçons. Mais dans mon coeur on m’a enlevé le droit de procréer. Sans parler de tous les désagréments (ménopause, douleur, la peur panique que ça revienne). Je ne sais pas pour les autres mais je n’ai plus confiance dans le corps médical… Merci de m’avoir lue. Je m’appelle Nathalie et ma vie ne sera plus jamais la même.

Myriam B

Conisation subit le 24 avril cin3. Frottis normaux en 2016 et 2017. Je reste sceptique quant à la fiabilité de ce test ou du laboratoire qui les analyse. J’ai un peu de mal à croire que les cellules se soient développées aussi rapidement. Je suis très en colère et j’aimerais vous soutenir dans ce combat.

Cathy G

J’ai eu un cancer invasif du col de l’utérus il y a 6 ans. Même après plusieurs frottis réguliers. Si vous avez besoin, je suis prête pour m’investir dans cette cause, qui me touche de prês et j’ai une fille de 20 ans.